Paciendo en pastaderos y redundas

Si buscamos la palabra “parcours” en cualquier diccionario bilingüe francés/español, la traducción que encontramos es trayecto o recorrido. Por más que busquemos, la traducción no se aleja de trayecto, o como mucho, viaje, ruta, camino, recorrido, tramo, o itinerario. “Parcours” es un término que resulta de lo más habitual cuando se traduce o interpreta en el ámbito del pastoreo, la ganadería extensiva, los problemas de erosión o desertificación, etc.

Por el contexto queda claro que “parcours” no se refiere ni a trayectos ni a recorridos sino más bien a tierras por donde andan paciendo ovejas, cabras o vacas. De hecho, así traduce “parcours” la FAO, como tierras de pastos (rangelands, en inglés), es decir, tierras no cultivadas, que comprenden terrenos forestales, que producen forrajes adecuados para el pastoreo del ganado.

medicpasture1
El “Dictionnaire forestier multilingue” [Ciences forestières, technologie, pratiques et produits forestiers. Association Française des Eaux et Forêts/Conseil International de la Langue Française (1975) Paris] ya recogía esta acepción del término “parcours” que traducía como “Pastadero” (RAE: terreno donde pasta el ganado) o “redunda” (?¿) en español y como range, grazing land pasture land o range land en inglés:

– tout terrain, y compris les terrains forestiers, qui produit du fourrage naturel (par opposition à la terre cultivée pour obtenir des produits agricoles, ou à la forêt dense).
– aux USA,les surfaces aisément accessibles et bien pourvues en eau,que les animaux préfèrent naturellement,sont dites parcours de premier ordre,les autres,qui sont sous-utilisées,sont dites parcours de second ordre.
– aux USA,”range” désigne aussi,par extension,une terre réenherbée,naturellement ou artificiellement,de façon à produire un fourrage qui peut être exploité comme la végétation naturelle.
– aux USA, le même terme désigne aussi une unité de paissance et (ou) de broutage, utilisée par un tropeau.

Imagino que el origen de este uso del término “parcours“, en el sentido de pastadero, se encuentra en la segunda acepción que recoge el Dictionnaire de l’Académie Française:

PARCOURS n. m. XIIIe siècle. Emprunté du latin percursus, « action de parcourir », avec influence de cours.
1. Action de parcourir ; chemin que suit une personne, un animal, un véhicule ; itinéraire emprunté, trajet accompli pour se rendre d’un point à un autre. Un long parcours. Le parcours d’un autobus, d’un tramway. Fig. Sa carrière a suivi un parcours régulier, original. (Le mot Parcours est employé à tort pour désigner la carrière, l’existence, l’évolution personnelle d’un individu.) Loc. Accident de parcours ou incident de parcours, voir Accident. Spécialt. SPORTS. Un parcours de cross, de golf, de steeple-chase. Reconnaître un parcours. Le parcours de l’étape franchit plusieurs cols. – MILIT. Parcours du combattant, parcours d’entraînement hérissé d’obstacles divers que les fantassins en armes doivent accomplir dans un temps déterminé ; fig., entreprise semée d’embûches.
2. Anciennt. FÉOD. Droit de parcours ou, ellipt., parcours, convention passée entre deux seigneurs voisins, qui permettait aux vassaux de l’un de s’établir sur les terres de l’autre, sans perdre leur franchise. – DROIT. Droit en vertu duquel les troupeaux d’une commune avaient accès à la vaine pâture d’une commune voisine.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.